KAFRIKA BASENJI
ÉLEVAGE FAMILIAL
cgPage d'accueilAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un amicd
search_left
 
Veuillez noter que pour la portée novembre 2019, nous sommes complet.Nous avons aussi des réservations pour la portée 2020 en cours.
Vign_DSC_0082_3_
 
KAFRIKA'S FULL A CHARM JASPER
 
CHIOTS 2018
 
CHIOTS 2017
 
CHIOTS 2017
 
CHIOTS 2017
 
LA MEUTE
 
LA MEUTE
 
Vign_BEBBEBEBE

MON HISTOIRE

Je me demande bien par quoi débuter, il y a tant à raconter ! Voici donc, en gros, d’où est née ma passion pour le Basenji. 

Durant mon jeune âge, je n'ai eu que des chats et c’est à mes 22 ans que m'est venue l'idée d'avoir un chien. Mais j'idéalisais un chien qui ne japperait pas... ''Voyons, ça n'existe pas un chien qui n'aboie pas, tu peux toujours rêver !" disaient les gens autour de moi. Le temps passait et j'ai décidé de faire des recherches pour trouver un chien qui me conviendrait. Eh oui ! Ce fut le jour où j'ai découvert le Basenji. Un chien qui n'aboie pas et qui est également l’une des plus vieilles races de l'humanité ! WOW !!! J'étais à la fois impressionnée et excitée à l'idée d'avoir un chien auquel j'avais longtemps rêvé. J'ai alors décidé de faire des recherches pour trouver un éleveur qualifié. 

J’ai ainsi trouvé un éleveur de Basenji qui pratiquait ce métier depuis 1975. J'ai pris contact avec lui afin d’en savoir plus sur cette race si intrigante à mes yeux. Nous avons échangé des heures et des heures au sujet du Basenji.  L'éleveuse avait définitivement beaucoup d'expérience étant donné le nombre d’années qui la séparait de son premier Basenji. Celle-ci me disait qu'elle avait fait plusieurs compétitions avec ses chiens et que plusieurs avaient remporté le titre champion. Par chance, elle venait tout juste d'avoir une portée. Je suis aussitôt allée visiter les parents de la nouvelle portée et bien entendu leurs chiots. Rendue sur place, je craque : cinq petits bébés Basenji trop chou, tous roux et blanc (le standard du Basenji – que nous nommons le rouge et blanc). Il y avait quatre femelles et un seul mâle... Quatre chiots qui, à nos pieds, mâchouillaient nos chaussures et tiraient nos pantalons. Il y en avait un qui était plus éloigné et tranquille, et nous sommes tombés amoureux avec celui qui, à ce moment-là, s’avérait le plus timide.

J’ai donc décidé de faire les démarches d'adoption. Comme il allait devenir mon premier chien, je ne savais pas du tout dans quoi je m'embarquais, sans oublier que je n’avais aucune expérience avec les chiens.  Eh oui ! Vous avez bien lu, c’est ainsi que ma première aventure canine débuta, avec un Basenji !

Inutile de vous dire que depuis, je suis passionnée de cette race de chien peu connue et que j'aimerais la faire connaître davantage.

 
Vign_huendin_3_welpen

L'HISTOIRE DU BASENJI

Laissez-moi vous introduire le Basenji. C'est une race canine originaire d’Afrique centrale, plus précisément du Congo. Il tire son nom d'un mot péjoratif bantou signifiant « indigène », « sauvage » ou « primitif ». Le Basenji, communément appelé "le chien qui n'aboie pas", est l’une des plus vieilles races qui apparaissaient sur des gravures égyptiennes datant de 3600 B.C. À partir de ces gravures, on peut deviner que le Basenji provient de la région du Nil, plus précisément sa partie supérieure. 

Les Basenjis étaient offerts en hommage aux pharaons et aux prêtres ainsi qu'aux gens nobles de l'ancienne Égypte, accompagnés de pierres précieuses et d’objets d'art fabriqués par les gens du pays.

La photo d'une gravure dans le journal archéologique Égyptien montre un radeau avec deux beaux Basenjis rouge et blanc qui se tiennent sur le pont. Ils ont des colliers en or incrustés de joyaux et des pierres précieuses sur leurs laisses en or, tenues par les autochtones couverts de peaux d'animaux et de plumes d'oiseaux brillamment colorées. Ces chiens étaient clairement tenus en haute estime. Ils faisaient partie des cérémonies religieuses et autres événements importants et ils étaient même embaumés puis enterrés dans la tombe familiale.

Avec le déclin de la civilisation égyptienne, le Basenji se retrouva dans l’ombre. Cependant, il fut préservé en Afrique centrale où il était reconnu pour son intelligence, son courage, sa vitesse, son nez affilé et ses habiletés pour la chasse. En raison de son habitude à chasser silencieusement, il portait une cloche autour de son cou pour que le chasseur puisse le récupérer. On l'utilisait surtout pour capturer des gibiers dans les filets ou pour chasser une proie blessée.

En 1895, le Basenji fut redécouvert en Afrique par des explorateurs britanniques et ceux-ci en emportèrent deux en Angleterre pour les présenter à l'exposition canine de Cruft comme des chiens des bois d'Afrique. Malheureusement, les deux moururent très tôt de la maladie du Carré (« distemper »). Plusieurs autres tentatives furent réalisées pour assurer l’importation de la race, mais cela se terminait toujours par un désastre. Finalement, en 1936, Madame O. Burn importa avec succès les fameux Bongo et Bokoto of Blean.

Ces deux chiots furent exposés pour présenter la race à Cruft en 1937, et ceci causa un tel émoi qu'une police spéciale a dû intervenir pour gérer la foule. La race fut ainsi introduite en Grande-Bretagne pour y rester.

La race fut officiellement reconnue par le club canin d'Angleterre en 1941. M. et Mme Burn donnèrent le nom à la race dans le langage des tribus, le Basenji signifiant « bush thing » ou « wild thing ».

Le Basenji fut importé au Canada et aux États-Unis au début des années 40 où il a été reconnu comme race officielle par les deux clubs canins Canadien et Américain. Le Dr. Richmond du chenil de Wyndrush à Toronto en Ontario se rendit en compétition avec son chien « Kwillo of the Congo » durant les années 1940-1941, où il sera déclaré le premier champion Basenji du monde.

 
Vign_DSC_0215

MES CHIENS

Voici Lucky : né en 2008, de couleur rouge et blanc, il est du genre réservé, plus craintif que les autres, mais un amour ! Magnifique et costaud, au visage presque parfait (je dis presque uniquement parce que la perfection n'existe pas!). J’ai donc voulu lui trouver une copine, d'une autre couleur bien évidemment.

Ainsi vint Bella, une tricolore : c’est à cet instant même que naquit l'histoire d'amour entre Lucky et Bella. Leur première portée fut composée de 2 femelles tricolores : Princess et Lili. J'ai craqué pour Princess, tout comme l’a fait ma sœur pour Lili, qu’elle ramena chez elle.

Moi, la mère poule que je suis, je les traitais comme mes enfants. De vrais gâtés pourris !! Ils m'en ont fait voir de toutes les couleurs... même certaines dont je ne connaissais pas l'existence ! Mais ce n'était définitivement pas assez pour me freiner. Vivre la première portée de mes Basenjis fût magique.

J’entrepris ensuite d'autres démarches pour accueillir un second mâle et ainsi débuter un élevage à mon tour.

Simba, un beau Basenji rouge et blanc né en 2009, deviendra le copain de Princess. Entretemps, l'histoire d'amour de Lucky et Bella continua à fleurir et plusieurs petits Basenjis en naîtront, dont Kera (tricolore) qui sera également la copine de Simba un peu plus tard. Petit à petit, la famille continua de s'agrandir. Nous avons gardé Gimy (rouge et blanc), fils de Lucky, car il était un bon compagnon et que nous nous étions attachés à lui. Les autres femelles, c’est-à-dire Sookie, Maya et Lili, furent placées dans des foyers de confiance.

En 2012, lorsque je suis tombée enceinte de Lukas, je craignais un peu la réaction de mes six Basenjis suite à sa naissance. Finalement, ils se sont très bien adaptés à lui, même qu’ils adoraient être en sa présence, jouer avec lui et le suivre partout dans la maison !  J’étais rassurée et captivée par leurs interactions joviales et câlines.

En 2014, nous gardons un mâle tricolore que nous baptisons Paco, qui prendra la relève de Lucky. En 2015, nous sélectionnons Kongo que nous plaçons dans une famille pour en prendre soin. À cette période, je suis de nouveau tombée enceinte et neuf mois plus tard, Ivy se joignait à la grande famille.

J’avais toujours rêvé d'avoir un Basenji bringé, une couleur fascinante à mes yeux. Alors, patiemment, j'attendis le bon moment et je pris la décision d'adopter une superbe femelle bringée de Belgique que je fis importer et que je prénommai Ozhara. Durant ces démarches, je me procurai Nouna (noir et blanc).

En 2016,  je craque de nouveau ! Nous décidons de garder parmi nous Lola (rouge et blanc) ainsi que Blanco (tricolore) pour prendre la relève à leur tour... la famille s'agrandit encore ! Puis nous décidons de placer Zena (rouge et blanc) dans une famille pour s’en occuper.

Voici donc comment débuta une magnifique histoire entre mes chiens, ma famille et moi-même. J’étais fière de cette réussite : former un élevage hors du commun, axé principalement sur le volet familial et ce, dès la naissance des chiots en les mettant en contact direct avec mes enfants et en laissant ceux-ci les manipuler. Je savais qu’en plus de réaliser mon rêve, j’allais rendre plusieurs foyers heureux de pouvoir adopter un chiot déjà adapté à un environnement familial.

 
Vign_DSC_9821

CARACTÉRISTIQUES DU BASENJI

Le Basenji est un chien compact de construction légère. Il a une fine ossature et est élégant, un peu comme le cheval. Il est haut sur pattes par rapport à sa longueur. Le standard de la race mesure de 16" à 17" du sol aux épaules pour les femelles (40 cm) et de 17" à 18" pour les mâles (43 cm). Il y a 4 types de couleurs : rouge et blanc (la plus commune), le tricolore (noir, feu, blanc), le noir et blanc et le bringé.

Tous les Basenjis ont le front plissé et doivent avoir du blanc sur les pieds, sur la poitrine et au bout de leur queue. Ils ont aussi des oreilles très droites et leurs yeux sont en forme d'amande, disposés obliquement. Leur poil est très court; il mue, mais très peu. Le Basenji n'a pas cette "odeur de chien". Sa queue est attachée haut et s’enroule en boucle simple ou double au-dessus de la colonne vertébrale. La femelle adulte pèse généralement autour de 20 lbs et le mâle 25 lbs.

C’est un chien hors du commun, avec une attitude mélangée entre le chien et le chat. Le Basenji n'aboie pas, mais il n'est pas pour autant muet. Son cri est…   comment dire ? Particulier. Il se compare à un gloussement ou à des vocalises de chanteurs tyroliens. Il peut gémir, crier et même "iodler ", un son associé à la joie. Il sait se montrer à la fois intelligent, actif et indépendant, mais aussi très affectueux. Si ce n'est pas son moment, vous pouvez essayer de l'appeler, mais il vous regardera avec un drôle d'air sans bouger et parfois il vous ignorera totalement. Le Basenji est très curieux et se montre un compagnon charmant et vivant. Il est gentil, mais sans être trop démonstratif comme beaucoup d'autres races. Il peut se montrer distant face aux étrangers selon votre approche, mais aime bien satisfaire sa curiosité avant de les accepter. Il adore les enfants, jouer avec eux, prendre part à leurs activités et les suivre partout comme un petit chien de poche. Ils ont souvent une belle complicité.

Le Basenji aime bien savoir ce que vous mangez. Il sera prêt à tout pour parvenir à ses fins. Ce chien est si intelligent qu’il trouvera un moyen d’atteindre la nourriture. La minute où vous aurez le dos tourné et ce, peu importe la hauteur où elle se trouve, il l’atteindra, croyez-moi !! Je vous suggère donc d’avoir une poubelle encastrée… Il déteste l'odeur du tabac et montrera ses dents lorsqu'il la sentira. Assez drôle à voir !!

Il n'obéit pas aveuglément, comme le font certains autres chiens. Notre patience est souvent mise à l'épreuve, surtout durant sa première année de vie, voire même jusqu’à l’âge de deux ans. Le Basenji peut être entraîné pour l'obéissance, mais il ne faut pas vous attendre à des résultats instantanés.

Le Basenji a besoin de compagnie et supporte mal la solitude. S’il est seul trop longtemps, il peut être destructeur. Il n'est pas recommandé aux gens qui ne sont jamais à la maison. Je sais que tout le monde doit travailler et c'est tout à fait normal, mais si vous avez d'autres animaux pour le désennuyer, c’est l'idéal. Lorsque vous ne serez pas à la maison, il faudra une cage puisque vous ne pourrez pas les sortir à l'extérieur durant cette période. Celle ne doit pas être trop grande, autrement votre chien fera ses besoins à l’intérieur. Il doit seulement avoir l'espace nécessaire pour se reposer. La cage est primordiale, sinon il fera un déluge ! Une cour clôturée est aussi essentielle et il ne doit pas être en mesure de la grimper. D'ailleurs, j'ai certains Basenjis qui sont de vrais singes, ils escaladent tout ce que je bâtis comme clôture! Heureusement, ce ne sont que deux Basenjis sur toute ma meute. Donc, si vous construisez une clôture, assurez-vous de la faire assez haute pour ne pas devoir la recommencer.

Le Basenji court très vite, comme une gazelle... S’il ne veut pas se laisser attraper, vous allez courir longtemps !! Pour lui, c'est un jeu ! Durant leur première année, il écoute plutôt bien et il vous suivra comme un petit chien de poche. C’est plutôt à partir de l'âge de 7,8 mois que ça se gâte, car étant plus confiant, il veut pousser plus loin sa curiosité. D’ailleurs, il peut s’avérer dangereux s’il aperçoit un oiseau ou un écureuil, car il se fout alors complètement du maître et se met à leur poursuite. Il ne faut pas oublier qu’à l’origine, le Basenji était un chien de chasse ! Le Basenji ne craint d’ailleurs pas les voitures, les tout-terrains, les motos et tout ce qui a un moteur. Il adore ça, même qu’il court après ceux-ci ! Raison de plus pour ne jamais les laisser en liberté sans laisse ni clôture. Un incident arrive tellement vite !

La pluie... ah, la pluie !! Le Basenji déteste la pluie et le froid. Croyez-moi, il peut sentir la température avant même qu'il ne sorte du lit et une fois adulte, il peut retenir son pipi jusqu'à ce qu'il fasse beau... Il restera le plus longtemps possible en dessous des couvertures et c'est vous qui allez devoir le sortir de force (ou presque) à l’extérieur pour ses besoins. Il aime bien s'asseoir en hauteur pour pouvoir voir son petit monde, un peu comme le ferait le chat. Il fait son toilettage lui-même, à la moindre petite goutte d'eau ou de saleté. Une vraie poule de luxe !! S’il y a un trou d'eau ou de bouette devant lui, la majorité des Basenjis le contournera pour ne pas se salir les pattes. La plupart des Basenjis n'aime pas l'eau : il ne sautera de lui-même dans la piscine ou dans un lac.Par contre, il ira avec vous en bateau et en canot sans hésitation. Ce chien voudra toujours être avec vous. Si vous êtes à l'extérieur, il y sera. Si vous êtes à l'intérieur, il y sera aussi. Bref, il vous suivra partout !

Selon moi, le plus grand défi avec le Basenji est l'apprentissage de la propreté. Au début, il est impératif de l’accompagner à l'extérieur à tout moment, et surtout par temps froid ou pluvieux! Sinon, il aura tendance à vouloir faire ses besoins dans le confort de la maison et ce, à votre insu. Pour réduire le risque d’incidents, il ne faut pas lui laisser de l’eau et de la nourriture à volonté, puisque comme un bébé, il ne contrôle pas bien sa vessie. Vous devrez d’ailleurs le sortir immédiatement après l’avoir nourri, d'où l'importance de contrôler son alimentation. En le sortant plus fréquemment au début et en privilégiant une constance avec votre chien, vous risquez d’avoir moins de mauvaises surprises par la suite.Pour être honnête avec vous, je ne connais pas un seul maître de basenji que leur chien on pas déjà fait pipi au lit..Quoi ? hé oui vous avez bien lu :P c'est typique de la race.Un beau lit douillet et très absorbant ..quelle bonne idée mon maître ne le verras pas et pourquoi me retenir ;O!!!Donc on doit toujours fermer les portes de chambres, quand il n'est pas sur surveillance,surtout bébé jusqu'à temps nous pouvons lui faire confiance.Les trois premiers mois après le départ du chiot est le plus important ..dites vous, plus de temps vous lui consacrerai pour l'apprentissage, plutôt il sera propre et tout le monde sera heureux! Sortez avec votre chiot à l'extérieur,encouragez le,récompensez le et vous verrai les progrès et vous pourrez en être fière par la suite.


Tous les chiens ont besoin de mordiller un os pour leurs gencives. Lorsque le Basenji mord pour démolir, c'est soit qu'il est énervé, qu'il s'ennuie ou alors par vengeance. Faites de sa cage l'endroit où il dort et lorsque vous ne pouvez pas vous en occuper. S’il doit rester seul pour plusieurs heures vous êtes mieux de le laisser dans sa cage pour éviter une mauvaise surprise à votre retour. Croyez-moi, je sais de quoi je parle... Leur point fort est de manger des mouchoirs, des couches, des sous-vêtements, costumes de bain... bref tout ce qui est odorant. Il mangera tout et il le trouvera assez facilement grâce à son odorat particulièrement fin. De plus, il peut dépouiller les toutous et les coussins en deux minutes !! Procurez-vous des os, mais trop c'est comme pas assez : un seul à la fois ! Quand il a fini de gruger, vous le rangez pour ne pas qu'il prenne son os pour acquis. Depuis mon premier Basenji, je suis plus ordonnée et grâce à eux, la maison est plus rangée !!!! Il ne faut pas oublier que tout ce qui est mentionné dans ce paragraphe, c'est principalement durant la phase de 0-18 mois. Ce n'est pas tous les Basenjis qui feront plein de dégâts, tout part de l'éducation du chiot, d’une bonne organisation et d’une routine bien établie. Il suffit d’être plus têtu que votre chien et le tour est joué!

En vieillissant, vous pourrez faire davantage confiance à votre Basenji et le laisser libre dans la maison. Habituellement, une fois adulte, vous n'aurez plus aucun problème. Bien que détestables à leurs heures, on les aime comme ils sont. Ils sont si particuliers, drôles, amusants, affectueux, que nous craquons tous et nous oublions vite les mauvais coups qu'ils nous ont fait vivre ou nous réservent. Ils se montrent charmants et sont si faciles à pardonner, et ils le savent tellement !! Ils ont de très belles qualités, mais un chien parfait, ça n'existe pas !! Leur plus gros défaut : ce sont des têtes de mules. Eh oui ! Vous allez devoir répéter et répéter sans arrêt, je vous le garantis ! Nous devons s’armer de patience avec eux, surtout dans leur première année de vie. Voyez-le comme un défi et si vous réussissez avec lui, vous pourrez en être fier. N'oubliez pas que mon premier chien est justement le Basenji et qu'aujourd’hui j'en possède plus d'un ! Donc si j'en ai été capable, vous le serez aussi.

En résumé, voici le Basenji ! Après cette lecture, si vous avez toujours envie de vous procurer cette race si fascinante, pour le meilleur et pour le pire, alors je vous invite à entamer vos démarches pour en adopter un ! Et si à l’inverse, je vous ai un peu découragé et que vous doutez, ou que vous ne vous sentez pas encore tout à fait prêt, prenez le temps de bien y réfléchir, car l’adoption d’un Basenji est un engagement pouvant mener jusqu’à une quinzaine d’années de vie commune !

Suite à cette lecture, si vous avez des questions, n'hésitez surtout pas à me contacter !

Bonne découverte !

 
Vign_DSC_0700

L’ADOPTION D’UN BASENJI

Veuillez noter que mes chiens sont tous certifiés pure race du club canin canadien et testés par l’OFA pour le syndrome de Fanconi.

 L'adoption d’un Basenji comprend :

              - Vermifuge et premiers vaccins de base

              - Micropuce (identification du chien)

              - Carnet de santé

              - Enregistrement au club canin canadien

              - Coupe de griffes avant leur départ 

              - Kit de départ (nourriture, gâterie, os, couverture avec l'odeur de maman)

Pour la réservation d'un chiot, nous exigeons un dépôt  afin de vous placer en ordre de priorité sur notre liste d’attente. La date de départ du chiot est à compter de 12 semaines et il devra être stérilisé avant de quitter la maison, sans exception.

Vous pourrez venir rendre visite à votre chiot à tout moment pour le voir grandir.Plusieurs photos seront disponibles sur notreg groupe Facebook afin de suivre son évolution de semaine en semaine, c’est-à-dire de sa naissance jusqu’à son départ. 

Nous organisons à l’occasion des rencontres de Basenjis durant la saison estivale afin de rassembler toutes les générations Kafrika. J'offre également un service de pension pour vos Basenjis.

Si le cœur vous en dit, venez nous rendre visite ! Je serai ravie de vous présenter ma meute !

Amicalement,

Karoline Marcil Gagnon, membre du Club Canin Canadian (Canadian Kennel Club)

514-949-0485

 

 

Nous sommes complet pour portées 2019.Vous êtes intéressé par l’adoption d’un chiot pour la portée novembre 2020.Veuillez communiquer avec moi pour de plus amples informations et pour prendre un rendez-vous pour une visite.Vous devez remplir le formulaire ci-dessous pour en savoir plus sur vous et votre intérêt pour la race.Veuillez indiquer vos heures de disponibilité pour vous rejoindre ou bien de nous téléphoner tout simplement après avoir rempli le formulaire.Nous répondons a aucune question par ÉCRIS ni par FB ni par EMAIL ni par TEXTO !!!! Pour ceux qui me contact par téléphone si vous tombez sur ma boîte vocale,NE LAISSER AUCUN MESSAGE VOCALE ,SVP,  laissez moi un message TEXTE avec votre NOM avec L'HEURE de votre disponibilité pour le retour d'appel et bien sûr avec la mention Basenji ... je retournerai votre appel sous peu..

 
Remplir le formulaire et nous contacter par téléphone
Nom :
Prénom :
Téléphone :
Email :
rue :
ville :
code postal :
Message (parlez-moi de vous et de votre intérêt pour le Basenji) :
Veuillez recopier le texte
affiché dans l'image :

 

SERVICE DE PENSION POUR BASENJIS

Vous partez en voyage ou une fin de semaine et vous ne pouvez apporter votre Basenji avec vous ? Pourquoi ne pas le faire garder là où il est né ? Votre Basenji sera heureux de retrouver l'ambiance familiale qu'il a connue, entouré de mes enfants et de ses premiers compagnons de vie. Il sera comblé par les 60 000 pc de terrain en pleine nature pour lâcher son fou ! Et de votre côté, vous pourrez partir l'esprit tranquille en sachant qu'il n'aura pas le temps de s'ennuyer et qu'il sera entre les mains d'une personne à la fois expérimentée et passionnée pour cette race.

Pour plus d'informations, n'hésitez pas à me contacter, il me fera plaisir de répondre à toutes vos questions !

 

Voici Banjo, de la famille Kafrika, que nous avons gardé pendant 13 jours. :) Nous avons gardé aussi Chika, Nala, Kirikou, Scarlett et son amie Arielle  (Pug), Westley, Bailey.......

Vign_BANJO_2_
 
Vign_OFA-logo_Page-31

Test certifié avec l'OFA

 

 
 
LA MEUTE
 
KAFRIKA LUCKY
Vign_DSC_0260
 
KAFRIKA BELLA
Vign_DSC_2323

RETRAITÉ

 
KAFRIKA PRINCESS
Vign_image

RETRAITÉ

 
KAFRIKA LILI

 

Vign_12742794_10208857710219768_2074297854693141318_n
 
KAFRIKA SIMBA
Vign_IMG_1684
 
KAFRIKA KERA
Vign_DSC_0082_2_

RETRAITÉ

 
KAFRIKA GIMY
Vign_GIMYL

Stérilisé

 
KAFRIKA KONGO
Vign_DSC_0088
 
KAFRIKA PACO

 

Vign_PACO
 
KAFRIKA NOUNA
Vign_DSC_0239
 
KAFRIKA OZHARA
Vign_DSC_1434
 
KAFRIKA BLANCO
Vign_DSC_1268
 
KAFRIKA LOLA
Vign_DSC_9821
 
KAFRIKA ZENA
Vign_CSC_0136

Retraité

 
KAFRIKA JASPER
Vign_DSC_1652-2
 
KAFRIKA LASKA
Vign_DSC_0303-2
 
KAFRIKA ZAZ
Vign_DSC_0574
 

KAFRIKA RAMSEY

Vign_DSC_3115
 

KAFRIKA CHARLIE

Vign_DSC_3523
 
CHIOTS 2016
 
CHIOTS 2015
 
Compétitions conformation
 

Kafrika Ozahra championne mai 2017

Vign_ozhara_championne
 

Kafrika Nouna championne juillet 2017

Vign_DSC_1119
 
Kafrika Blanco champion juin 2017
Vign_DSC_0305
 
Kafrika Lola championne juin 2018
Vign_DSC_0899
 

Kafrika Laska Championne mai 2019

Vign_Laska_championne
 

Kafrika Jasper champion juin 2019

Vign_Jasper_champion
 
Pension Kafrika Westley
 
Pensionnaire Kafrika
 
RÉUNION KAFRIKA

26 MAI 2019

Vign_DSC_7190
 
RÉUNION KAFRIKA

AOÛT 2018

Vign_image_defaut_ori
 
RÉUNION KAFRIKA

JUILLET 2018

Vign_image_defaut_ori
 
RÉUNION KAFRIKA

JUIN 2018

Vign_image_defaut_ori
KafrikaBasenji©2017
Créer un site avec WebSelf